- -
 
Agter
 
La terre
L´eau
Sols, plantes et animaux
Espace rédacteurs
version imprimable
rechercher
plan du site
nous contacter
mentions légales

 
 
rien

Inscription au bulletin d'information AGTER en 3 langues












  • FR EN ES

*facultatif

puce
Un projet de film et un site web pour faire la synthèse de stages sur 4 continents !
Michel Merlet

Une quarantaine d’étudiants de l’école d’ingénieurs agronomes de Montpellier, SupAgro, ont pris l’initiative de chercher à valoriser les stages qu’ils réalisent dans le cadre de leurs études par un travail collectif qui fasse mieux connaître les différentes formes d’agricultures familiales existant dans le monde, et aide à comprendre les enjeux qui existent autour de leur maintien et de leur développement.

Leur projet s’inscrit dans le cadre de l’année internationale de l’agriculture familiale, AIAF 2014, décrétée par les Nations Unies.

Ces étudiants se sont organisés pour produire un film destiné à une diffusion grand public. Ils ont créé un site qui leur permet de partager les blogs des participants, et qui leur servira à diffuser les principaux enseignements de leurs différents stages, qui se déroulent sur 4 continents. Ils ont pour cela créé une association Agros et Sac à Dos.

Nous vous invitons à visiter leur site web. Vous y trouverez des informations sur les participants et les contenus de leurs travaux. Vous pourrez aussi contribuer à financer leur projet. Voir le site

Nous reprenons ci-dessous, avec leur permission, la très bonne interview qu’ils ont réalisée de Marc Dufumier et de Sébastien Bainville, dans laquelle ceux-ci définissent l’agriculture familiale et pointent les principaux enjeux de société qui lui sont liés. Ces deux chercheurs reconnus font partie des enseignants qui les encadrent.

De très nombreux stages et mémoires de fin d’études sont produits chaque année sur les questions de développement agricole. Parmi ceux-ci, un certain nombre utilisent une méthodologie qui permet d’évaluer l’intérêt pour la société des formes d’agriculture paysanne, des petits producteurs, des agricultures familiales. Ces différents qualificatifs n’ont pas tous exactement le même sens, et leur acception diffère d’un pays à un autre. Peu importe les mots que l’on utilise, ces formes d’agriculture sont très différentes de la grande production, qui utilise des salariés et fonctionne suivant une logique capitaliste. Au niveau global, la dernière grande étude comparative de l’intérêt respectif de ces deux formes d’agriculture remonte aux années 80. (Voir avec l’étude de Giovanni A. Cornia. Farm Size, Land Yields and the Agricultural Production Function : An Analysis for Fifteen Developing Countries. 1985. World Development. et l’article de Peter Rosset sur le site de ressources documentaires d’AGTER qui y fait référence). Quand on la mentionne aujourd’hui, il est fréquent que l’on vous réponde que les techniques ont énormément évolué au cours des quatre dernières décennies (ce qui est vrai), et qu’aujourd’hui, la supériorité économique de la grande production est avérée. Cette dernière affirmation est contredite par la plupart des travaux de terrain dont nous avons eu connaissance, la plupart d’entre eux réalisés dans le cadre de stages du type de ceux que font les étudiants en agronomie.

Si l’on pouvait utiliser au moins une partie de ces rapports de stage pour construire un ensemble mondial de références scientifiques sur l’intérêt de l’agriculture paysanne, on disposerait d’arguments très convaincants pour inciter les gouvernements à mettre en place des politiques publiques qui permettent son développement et pour alimenter la réflexion de la société civile.

C’est tout à fait fondamental puisque l’on assiste aujourd’hui à une disparition accélérée des petits producteurs et à un développement inédit dans l’histoire de l’humanité de l’agriculture capitaliste à salariés, avec de nouvelles variantes liées à la financiarisation de l’agriculture.

Dans ce contexte, l’initiative que nous relayons ici est remarquable, et nous espérons qu’elle pourra déboucher sur un projet qui aille bien au delà de l’année internationale de l’agriculture familiale.



 
 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________

AGTER. Adresse : 45 bis, avenue de la Belle Gabrielle, 94736 NOGENT SUR MARNE CEDEX, FRANCE

Téléphone : +33(0)1 43 94 72 59 / +33(0)1 43 94 72 96
E-mail : agter@agter.org   Flux RSS Flux RSS
 
-   -