- -
 
Agter
 
La terre
L´eau
Sols, plantes et animaux
Espace rédacteurs
version imprimable
rechercher
plan du site
nous contacter
mentions légales

 
 
rien

Inscription au bulletin d'information AGTER en 3 langues












  • FR EN ES

*facultatif

puce Bulletin d'information de Décembre 2015. Equipe AGTER. Regards sur la COP21

La lettre d'information du réseau Agter

L’association AGTER anime un réseau international de personnes, qui échangent et réfléchissent ensemble à l’amélioration de la gouvernance de la terre, de l’eau et des ressources naturelles. Le réseau met à disposition de tous une sélection d’informations et travaille à la formulation de propositions et d’alternatives face aux grands défis actuels. Ce bulletin trimestriel vous présente les dernières informations proposées sur notre site www.agter.asso.fr.

La lettre du 18 décembre 2015

Editorial du 18 décembre 2015

par

l’équipe salariée d’AGTER

Ces derniers jours, les réflexions sur la gouvernance des ressources naturelles et l’avenir de notre planète ont été focalisées au niveau mondial sur la tenue de la Conférence des Nations Unies sur le Climat, la COP21. L’adoption par les 195 délégations nationales d’un texte commun sur le chemin à suivre et d’un accord devant être soumis à la signature des Etats a suscité à la fois beaucoup d’enthousiasme et de nombreuses réserves. Greenpeace France reprend dans un article intitulé « L’avenir en demi-teinte » l’expression d’un journaliste du Guardian qui résume ainsi ces perceptions différentes : « En comparaison de ce que cela aurait pu être, cet accord est un miracle. En comparaison de ce qu’il aurait dû être, c’est un désastre ». L’accord de Paris sur le Climat est-il le premier exemple, tant attendu, de réponse universelle adaptée pour résoudre les grands défis écologiques et sociaux de notre temps ? En attendant d’avoir pu faire une analyse plus approfondie du texte et des différentes réactions qu’il suscite, nous vous livrons un premier commentaire à la lumière de nos travaux antérieurs.

L’accord a été présenté comme contraignant par le Président de la COP21, mais les mesures proposées n’obligent en fait en rien les Etats qui le signeront. L’utilisation du conditionnel à maintes reprises dans le projet en atteste. Les engagements des États se limitent, semble-t-il, à 3 points : Revoir périodiquement leurs ambitions de réduction d’émission de gaz à effet de serre à venir, en ne pouvant baisser leurs objectifs antérieurs. Publier périodiquement une estimation la plus précise possible de leurs émissions réelles. Participer à toute une série de mécanismes destinés à faire le suivi des mesures prises pour atteindre un objectif commun défini sur le long terme de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

L’accord reconnaît désormais l’adaptation au changement climatique au même titre que l’atténuation et l’existence de pertes et préjudices liés à celui-ci, mais la mobilisation de financements ne se traduit pas en objectifs chiffrés. Seule est réaffirmée dans la proposition le fait de ne voir qu’un « plancher » dans les 100 milliards de dollars prévus en 2009 pour contribuer à l’adaptation des pays dits « en voie de développement ».

Par ailleurs, les experts affirment que les engagements nationaux déposés actuellement ne permettent de limiter le réchauffement moyen qu’à 3 degrés. Aucun dispositif de sanction des États qui ne respecteraient pas leurs engagements n’a été mis en place, ni même évoqué comme une nécessité pour un proche avenir. Les États n’ont pas non plus commencé à organiser la mutualisation des moyens financiers nécessaires pour mettre chacun d’eux en situation équitable d’opérer l’indispensable transition énergétique agro-écologique et pour cesser à terme l’extraction des énergies fossiles.

Nous « voudrions » croire au miracle, nous « aimerions » rejoindre Laurence Tubiana dans son appréciation de l’accord comme une « prophétie auto-réalisatrice » mais le chemin qui nous reste à parcourir pour éviter le désastre sera long et parsemé d’obstacles.

On ne peut que se réjouir d’une avancée sur la base d’un processus multilatéral global, même si celle-ci reste très insuffisante, et des échanges nombreux qui ont eu lieu avec les représentations de la société civile, même si les propositions qu’elles portaient ont été très peu prises en compte, et si certaines manifestations ont été réprimées. C’est un chemin plus porteur d’avenir que les négociations secrètes menées entre quelques États sous l’influence directe de quelques lobbies d’entreprises multinationales toutes puissantes, comme c’est le cas autour des nouveaux accords commerciaux en cours de construction. Mais les difficultés du processus de la COP21 sur le climat nous montrent que c’est tout le système de gouvernance internationale autour des « Nations Unies » qui a besoin d’être perfectionné. Ce ne sont pas de simples améliorations à la marge qui pourront suffire à garantir l’avenir commun de l’humanité.

Si les États ont des fonctions vitales à assumer, il faut cesser d’attendre que les représentations qui les dirigent prennent d’elles-mêmes les bonnes décisions. Les mouvements citoyens organisés autour de l’enjeu climatique semblent conscients de la nécessité de construire une citoyenneté transnationale pour obtenir des États qu’ils aillent au-delà de la logique de défense de leurs seuls intérêts individuels. Il convient d’instituer des règles communes véritables pour résoudre les problèmes d’exclusion, de pauvreté de la majorité des humains et pour défendre notre territoire commun, la biosphère, face aux menaces qui risquent de la rendre impropre à la survie de l’humanité toute entière. Pour cela, il faudra nous doter de règles véritablement contraignantes, protégées par des juges supra-nationaux aux décisions desquelles Etats et entreprises ne pourront se soustraire. C’est possible, comme le montre le droit international du commerce et de l’investissement transnational. Comment ne pas voir là un défi majeur et urgent ?

Les pas de temps spécifiés par l’accord de Paris risquent de ne pas permettre d’aller assez vite pour éviter l’irréversibilité des processus. Les mécanismes qui sont à l’origine de nos comportements suicidaires en matière de développement et la recherche de profit à tout prix continuent de plus belle avec l’appropriation excluante et destructrice des ressources naturelles. Ce sont même celles de l’espace que visent maintenant les plus efficaces à ce jeu, avec l’adoption du Space Act par le Congrès des Etats-Unis au moment même où la conférence de Paris était réunie.

AGTER n’a pas directement travaillé sur la problématique du climat, mais l’association est engagée depuis 10 ans dans la lutte contre l’accaparement des terres et pour la protection des droits à la terre et aux ressources de leurs usagers, paysans, éleveurs nomades, pêcheurs familiaux, communautés forestières. Ces acteurs ont un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ce sont les grandes exploitations qui contribuent le plus au réchauffement climatique, alors que les petits producteurs agricoles, les petits éleveurs, les pêcheurs artisanaux et les populations autochtones participent depuis toujours dans leur immense majorité à une gestion durable des ressources naturelles, laquelle va de pair avec la fixation du carbone dans les sols, les forêts, les océans. Leurs savoirs et leurs pratiques seront indispensable pour que notre société dans leur ensemble puisse opérer la nécessaire mutation de son mode de vie. Il n’y a aura pas d’avancées notoires contre les changements climatiques sur la base de seules « avancées technologiques » et de « renforcement des capacités », deux éléments qui sont au cœur des propositions de l’accord de Paris. Croissance, consommation et profit nous conduisent à un effondrement global. Il nous faut changer à la fois de paradigme de développement et de modalités de gouvernance globale.

Ces objectifs rejoignent ceux que nous avons placés au centre de la dynamique du Forum Mondial sur l’Accès à la Terre et aux Ressources naturelles FMAT 2016 (31 mars, 1er et 2 avril, à Valencia, Espagne). Plus de 400 organisations paysannes et de la société civile, 9 institutions gouvernementales et plus de 500 citoyens des 5 continents appellent aujourd’hui à y participer. Il s’agit de construire des propositions et des alliances pour commencer à stopper les phénomènes de concentration des terres et de dépossession des populations rurales et des forêts, lesquels constituent également, tout comme le réchauffement climatique, une menace globale pour l’humanité.

Divers

La journée de débats sur l’accaparement et la concentration des terres en Europe, organisée au Comité Économique et Social Européen à l’initiative d’AGTER et du CERAI, s’est déroulée avec succès le 16 novembre dernier.

Le compte-rendu des riches discussions qui ont eut lieu ce jour-là est en cours de rédaction, nous vous le transmettrons dans une prochaine newsletter. Les vidéos de cette journée seront également très prochainement diffusées.

article(s) français  espagnols anglais 

article(s)

La formalisation des droits sur la terre dans les pays du Sud. Dépasser les controverses et alimenter les stratégies

12 décembre 2015, par Philippe Lavigne Delville, Aurore Mansion

La structure sociale agraire en Andalousie : un processus historique de concentration de la terre et de prolétarisation des paysans

9 décembre 2015, par Coline Sauzion

RT#44 : Rencontre avec l’Alliance Mésoaméricaine des Peuples et des Forêts (AMPB)

9 décembre 2015, par Coline Sauzion
En appui à la délégation de l’Alliance Mésoaméricaine des Peuples et des Forêts (AMPB) présente à Paris dans le cadre de la COP21, AGTER a organisé mardi 8 décembre une réunion thématique sur le thème :

Réunion AMPB

Une vidéo de cette rencontre sera prochainement mise en ligne !

Initiative « 4 pour 1000 » : soyons vigilants ! - Note de la CCD et de la C2A (octobre 2015)

1er décembre 2015, par Coordination Sud
Alors que les sols font traditionnellement figure de grands absents des politiques publiques, ils suscitent un intérêt croissant ces derniers mois. La FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) a décidé de proclamer 2015 comme étant l’année internationale des sols, et ils sont aujourd’hui au centre d’une initiative lancée par la France et combinant deux thématiques à l’actualité majeure : l’agriculture et le climat. Le secteur agricole est l’un des principaux secteurs (…)

COP21 : Les objectifs du développement durable ne pourront être atteints sans limiter le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C

1er décembre 2015, par Coordination Sud
Du 30 novembre au 11 décembre 2015, l’ensemble des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) négocieront un accord universel et contraignant qui entrera en vigueur à partir de 2020. Coordination SUD et ses membres attendent des États des engagements ambitieux, en cohérence avec les recommandations du GIEC. Elle appelle à des décisions induisant des transformations profondes, désormais indispensables, de notre modèle économique. Alors que ces mêmes États (…)

COP21 : rien n’est joué, enclenchons la transition pour un monde à moins de +1,5°C !

1er décembre 2015, par Coordination Sud
A trois jours de la COP21, Coordination SUD et le Réseau Climat & Développement (RC&D) envoient un signal fort aux négociateurs. Bien que tout ne s’y joue pas, le résultat de la Conférence Paris Climat 2015 contribuera à dessiner l’avenir de la planète. Les ONG de solidarité internationale, françaises et africaines1, appellent les États à relever leur ambition pour un accord contraignant qui permettra de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C2.

Pour Coordination SUD, le Réseau Climat (…)

Agricultures familiales et paysannes et lutte contre les changements climatiques : Ouvrons les yeux  ! Recommandations de la commission Climat et développement pour la COP21

1er décembre 2015, par Coordination Sud

Conférence de Paris sur les changements climatiques (COP21). Appui à la mobilisation des peuples indigènes.

29 novembre 2015, par AGTER
La délégation de l’Alliance Mésoaméricaine des Peuples et des Forêts (AMPB) qui va participer à la COP21 est arrivée à Paris. L’équipe d’AGTER lui souhaite la bienvenue et l’appuiera dans son travail durant son séjour en France.

Nous informerons prochainement des différentes activités que l’AMPB organisera avec des organisations indigènes d’autres régions du monde, de l’Amazonie, du bassin du Congo, d’Indonésie, (…)


Conferencia de Paris sobre cambios climaticos (COP21). Apoyo a la movilización de los pueblos indígenos.

30 novembre 2015, par AGTER
Llegó en Paris la delegación de la Alianza Mesoamericana de Pueblos y Bosques (AMPB) que va a participar en la COP 21. El equipo de AGTER le da la bienvenida y la apoyará en su trabajo durante su estancia en Francia.

Les informaremos proximamente sobre las diferentes actividades organizadas por la AMPB con otras organizaciones indígenas de diversas regiones del mundo, de Amazonia, de Congo o de (…)

Documental video : "ZEDEs, Neocolonialismo y acaparamientos de tierras en Honduras"

18 novembre 2015, par Coline Sauzion
Les invitamos a mirar este interesante documental que trata del impacto de las Zonas de Empleo y Desarrollo Economico (ZEDEs) sobre el acceso a la tierra en Honduras.

Hemos de precisar que las experiencias de ZEDEs en Honduras se inspiran del concepto de « charter city » (ciudad charter o ciudad modela) desarrollado por el economista estadounidense Paul Romer. Segun este ultimo, las normas estatales desaniman a los inversores impidiendoles desarrollar plenamente sus actividades económicas. (…)

Descubrir el resumen video realizado por Carta Maior sobre el Foro Mundial sobre la Reforma Agraria de 2004

18 novembre 2015, par Coline Sauzion

Formalising land rights in developing countries : Moving from past controversies to future strategies

12 décembre 2015, par Philippe Lavigne Delville, Aurore Mansion

The neoliberal agricultural modernization model : A fundamental cause for large-scale land acquisition and counter land reform policies in the Mekong region

8 décembre 2015, par Jean-Christophe Diépart, Christian Castellanet

The ‘4 per 1000’ initiative : caution ! CCD and C2A note - October 2015

1er décembre 2015, par Coordination Sud
After traditionally being conspicuous by its absence from public policy, the soil has been drawing increasing interest in recent months. The FAO (Food and Agriculture Organization) decided to proclaim 2015 International Year of the Soils, and soil has taken up center stage in an initiative launched by France, around two highly topical themes : agriculture and the climate. Agriculture is one of the main sectors responsible for climate change but is also strongly affected by its impacts. With (…)

COP21 : Sustainable development goals unattainable unless global warming is kept below 1,5°C

1er décembre 2015, par Coordination Sud
From november 30 to december 11, 2015, the States Party to the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) will negotiate a binding, universal agreement that will enter into force in 2020. Coordination SUD and its members expect the States to make ambitious commitments compliant with IPCC recommendations and will be calling for decisions that bring about vital, in-depth transformations to our economic model. At the end of September, these States adopted the Agenda for (…)

Paris Conference on Climate change (COP21). Supporting indigenous peoples mobilization.

30 novembre 2015, par AGTER
Mesoamerican Alliance of Peoples and Forests delegation arrived in Paris to take part in COP21. AGTER’s team welcomes it and will support its work during its stay in France.

We will shortly give you more details about various activities the AMPB will organize with other indigenous organizations from diferent parts of the world, from Amazonia, Congo or Indonesia…

Pour toute information, adressez un message à : agter@agter.org
45 bis, avenue de la Belle Gabrielle - 94736 NOGENT SUR MARNE CEDEX - FRANCE
Tél. : +33(0)1 43 94 72 74 / +33(0)1 43 94 72 96

Se désinscrire : newsletter-fr-unsuscribe@agter.org



 
 
_____________________________________________________________________________________________________________________________________

AGTER. Adresse : 45 bis, avenue de la Belle Gabrielle, 94736 NOGENT SUR MARNE CEDEX, FRANCE

Téléphone : +33(0)1 43 94 72 59 / +33(0)1 43 94 72 96
E-mail : agter@agter.org   Flux RSS Flux RSS
 
-   -